transparentcheckedmon comptepw

le blog et les actualités de chez morille

RUBRIQUES
TOUTES LES ACTUALITÉSNOS PRODUITSLA VIE À LA FERMELES RECETTES DU CHEF
Ferme Berthonniere 1981
21 Juin 2021

Du canard en Deux-Sèvres ?

Depuis 1987, la famille Morille élève ses canards dans les collines verdoyantes de la gâtine, au cœur des Deux-Sèvres, une région davantage connue pour son élevage de bovins et d’ovins que de palmipèdes.
Les bovins étaient d’ailleurs très ancrés dans la tradition familiale avant que les frères Morille, Jean-Robert et Philippe, ne décident de se lancer dans l’élevage d’oies, puis de canards exclusivement.
Cependant la ferme de la Berthonnière ne s’est pas faite en un jour. En effet, pour concurrencer nos collègues du Sud-Ouest, nous avons dû relever de nombreux défis :
Tout d’abord, apprendre que les canards pouvaient se gaver (on part de loin …)
Ensuite parcourir la France pour se former à l’art de l’élevage en plein air
Puis adapter cette ferme millénaire à la production de canards gras. Pour cela il a fallu construire des tunnels pour tenir au chaud les cannetons, clôturer les parcs pour protéger les animaux des nuisibles, bâtir des salles de gavage et un laboratoire de transformation et aménager une salle de vente pour recevoir nos clients
Et enfin, nous avons dû convaincre les Deux-Sévriens que la viande de canard était la meilleure du monde (certainement la partie la plus facile).
À force de persévérance, de courage et d’un bon coup de fourchette de votre part, la ferme a pu prospérer et elle accueille désormais chaque année près de 90 000 canards, pour votre plus grand plaisir !
La famille Morille

Lire la suite
Gavage Egypte
17 Juin 2021

Le foie gras au temps des Pyramides

Le Sud-Ouest, l’Alsace ou, soyons fous, les Deux-Sèvres revendiquent comme spécialité le foie gras, petit bijou de notre gastronomie française, mais saviez-vous qu’en réalité il trouve sa source … en Egypte.
Tel Indiana Jones, il faut remonter le Nil et pénétrer à la lueur d’une torche dans une pyramide millénaire pour y trouver les premiers dessins illustrant le gavage d’oies par des paysans.
4500 ans avant que vous ou moi ne naissions, nos voisins égyptiens avaient déjà trouvé le moyen d’engraisser des palmipèdes en confectionnant des petits boudins de grains rôtis et humidifiés qu’ils faisaient glisser dans le jabot à l’aide d’un entonnoir, comme l’attestent les bas-reliefs des ruines de Saqqarah.
Mais comment leur est venu cette idée, me direz-vous ? Eh bien, tout simplement, en observant la nature et en s’adaptant, comme le fait l’être humain depuis toujours. Les oiseaux migrateurs ont cette capacité naturelle à se suralimenter avant d’effectuer de longs vols, le foie leur sert alors de réservoir d’énergie.
Sans doute émerveillés par la saveur et la grosseur du foie des oies sauvages qu’ils chassaient dans les marais du delta du Nil à une période précise de l’année, les Égyptiens ont entrepris de reproduire ce geste. On retrouve d’ailleurs des traces très anciennes de cette pratique dans d’autres parties du globe telles que l’Asie ou l’Europe de l’Est.
Les bonnes recettes seraient-elles universelles ?
Touthankana

Lire la suite